La Grèce ou la Turquie - où investir ?

La Grèce et la Turquie sont deux pays très différents - qui ne s’apprécient pas beaucoup parfois - et un acheteur qui recherche un bien dans l'est de la Méditerranée découvrira que ces deux pays ont beaucoup en commun. Une zone climatique partagée - au moins dans les parties qui attirent la plupart des acheteurs ; de longues étendues de côtes ; des aliments similaires, des kebabs (gyros en Grèce) aux pâtisseries ; et une orientation similaire vers le tourisme qui représente un pourcentage important de l'économie dans les deux pays.

Vous aurez peut-être du mal à vous décider entre les deux. Nous avons créé un résumé des principales différences. Quand vous arriverez à la fin de cet article, nous espérons que vous y verrez plus clair sur le pays qui vous convient le mieux.

Quelles sont les différences entre la Grèce et la Turquie ?

Tout d'abord, la langue. En Grèce le grec, en Turquie le turc. Il est probable que vous ne parlez pas ces langues, donc cela ne vous aidera pas. Heureusement, dans les principales zones touristiques des deux pays, vous trouverez de nombreuses personnes qui parlent bien l'anglais, souvent l'allemand, mais d'autres langues aussi. Certaines régions attirent aussi d’importantes communautés d'expatriés, donc vous ne manquerez pas de compagnie.

Deuxièmement, la monnaie. La Grèce a potentiellement là un avantage, puisque ce pays utilise l'euro, une monnaie relativement stable, et en tant que l'une des trois premières devises mondiales, facile à convertir et transférer. La livre turque, par contre, s’est affaiblie sensiblement au cours des dernières années ; elle a chuté de 30 % en 2018. Si vous avez acheté une propriété en Turquie au cours des quatre dernières années environ, il se peut que sa valeur dans votre pays d’origine ait baissé - même si sa valeur en livres a augmenté.

Le revers de la médaille est que le taux de change actuel rend les propriétés turques bon marché en euros ou en dollars. A vous de décider si le verre est à moitié plein ou à moitié vide !

Qu’en est-t-il des marchés de l’immobilier dans ces pays ?

Le coût d'un bien est une autre considération. La comparaison de Numbeo entre la Grèce et la Turquie montre que le prix par mètre carré en Grèce est 77 % plus élevé, mais bien sûr, tout dépend où vous achetez. Néanmoins, il y a deux choses qui aident la Turquie à rester bon marché pour les acheteurs étrangers. L'une, comme nous l'avons déjà mentionné, est la devise faible, mais l’autre consiste en un régime soutenu de développement qui a augmenté le nombre des nouveaux biens disponibles. En Grèce, la crise financière a pratiquement stoppé tous les nouveaux programmes et le marché n’a pas vraiment repris depuis.

Les investisseurs trouveront que les rendements sont légèrement plus élevés en Turquie. Les stations turques ont tendance à offrir des rendements entre 5 et 7 %, tandis que sur Santorin vous pourriez obtenir 4,5 à 5 %, et en Crète 5 à 6 %. Istanbul reste l'exception ; un nombre important de nouveaux biens à vendre ainsi que des prix élevés ont tiré les rendements vers le bas, à seulement 3-4 %.

Le coût des biens est plus élevé en Grèce, ainsi que le coût de la vie. La plupart des commodités en Grèce coûte entre un et demi et trois fois ce que vous payeriez en Turquie ; manger dehors vous coûtera €10 contre seulement trois ou quatre euros dans un café peu coûteux, par exemple, et un cappuccino coûte deux fois plus cher, €3 au lieu de €1.60. Les services publics, l'assurance, et les transports sont tous plus chers en Grèce. Si vous êtes à la recherche des vacances peu chères, c’est la Turquie qui s’impose comme la meilleure option.

Avez-vous besoin d’un financement local pour l'achat de votre propriété ? Si oui, c’est la Grèce qui présente un léger avantage. Le pays fait partie de la zone euro, avec de faibles taux d'intérêt, les prêts immobiliers sont disponibles aux acheteurs étrangers avec une période de remboursement allant jusqu’à 25 ans, et jusqu'à 75 % RPV. De l’autre côté, la Turquie propose principalement des prêts à plus court terme (par exemple sur 10 ans) et des taux d'intérêt plus élevés. Bien sûr, si vous achetez comptant ou si vous hypothéquez un bien dans votre pays de résidence, cela ne va pas affecter votre décision.

Opteriez-vous pour la résidence ?

La Grèce présente un gros avantage pour les non-citoyens de l'UE ; le pays a un régime de visa d'or qui vous donne accès à la résidence en UE et, éventuellement, à un passeport européen. Investir €250,000 dans un bien peut vous procurer un permis de séjour renouvelable de 5 ans, et vous pouvez présenter une demande de citoyenneté après sept ans de résidence.

La Turquie donne un permis de séjour d'un an pour tout achat de propriété, mais offre également un régime de visa d'or accéléré avec une citoyenneté potentielle en quelques mois si vous investissez plus de €250,000 euros.

Il est intéressant, d'ailleurs, de noter que les trois premières nations à investir dans le régime grec sont les chinois, les russes et... les turcs !

D’autres facteurs pourraient aider à vous décider en faveur de l'un ou l'autre pays. Si vous aimez les îles, la Grèce en compte 6,000, des plus grandes (comme la Crète et Rhodes) aux minuscules îlots. La Turquie a quelques îles - mais la plupart des acheteurs vont à la plage. Si vous recherchez la montagne et les stations de ski, la Turquie en a aussi - près de la plage ; les stations de ski grecques sont principalement au nord du pays.

Si vous aimez la vie en métropole, vous trouverez à Istanbul une toute autre ambiance qu’à Athènes.

Mais vous trouverez beaucoup de choses similaires, le raki (ou l'ouzo), le café noir amer, et surtout le soleil d’été et un mode de vie détendu.