Le coût de la vie en Turquie

L'un des éléments de l’attractivité de la Turquie est le coût relativement faible de l'immobilier. Les appartements et les villas dans des stations balnéaires comme Bodrum ou Antalya se vendent bien moins chers que dans les destinations de l’ouest méditerranée comme le sud de la France ou l'Espagne, tout en offrant des attractions touristiques similaires.

Mais qu'en est-il du coût de la vie en Turquie ? Est-ce aussi raisonnable ?

Les chiffres de Numbeo montrent que les acheteurs bénéficient d'un coût de la vie plus faible ainsi que de prix de l'immobilier moins élevés. Par exemple, Numbeo estime que le coût de la vie est inférieur de 51 % à celui en France, et que les loyers sont 72 % plus bas (vous pouvez imaginer que le prix d'achat d’un bien s’alignera).

Si vous avez récemment payé entre 30 et 40 euros pour un bon repas dans un restaurant dans un village français, pensez que le même repas en Turquie vous coutera que 25 lira - quatre euros seulement !

Téléchargez notre guide d'achat immobilier en Turquie

Soyez parmi les premiers à recevoir notre guide d'achat immobilier, contenant une analyse du marché et des conseils d'achat d’un bien immobilier. Nous le partagerons avec vous sous peu.

Combien cela coûte de vivre en Turquie ?

Parfois les acheteurs attirés par les prix bas de l’immobilier dans certains pays peuvent ignorer les prix élevés de certains services privés et publics. Ceci n'est pas un problème en Turquie où les services publics pour un appartement de taille correcte coûtent environ 67 euros par mois - moins que la moitié de ce que vous payeriez à Londres. Les impôts locaux s’élèvent à seulement 40 euros par an, contre plusieurs centaines d’euros dans la plupart des destinations européennes. Avec la guerre des prix entre les fournisseurs de services téléphoniques et internet, vous n'aurez pas besoin de dépenser beaucoup plus de 15 euros par mois pour disposer de tout ce dont vous avez besoin en termes de bande passante.

Certes les coûts en Turquie diffèrent d'un endroit à l'autre, mais pas énormément, sauf en ce qui concerne les prix de l'immobilier. Par exemple, une location à Istanbul coûte près du double de la même location à Adana. Le coût d’un repas au restaurant à Ankara ou Istanbul sera aussi probablement plus élevé que dans d'autres villes. Dans l'ensemble, vous pouvez ajouter 20 % au coût moyen du coût de la vie si vous êtes en route pour Istanbul, mais pour d'autres dépenses telles que les services publics, les achats alimentaires et les transports, elles seront semblables.

Bien sûr, votre base de dépenses dépendra de la façon dont vous décidez de vivre. Le coût de vos achats alimentaires variera selon que vous êtes attachés à votre régime habituel - le fromage Français, les haricots Heinz, les biscuits Oreos, etc. coûtent plus chers - ou si vous vous contentez d’acheter ce qui est disponible dans les marchés locaux. (Vous pouvez également trouver que le fait de manger de la viande vous coûtera plus cher - une bonne viande de bœuf, en particulier, est étonnamment chère.)

Trouvez un appartement dans une ville turque

Quelles sont les dépenses de la vie quotidienne ?

Les vêtements de marques occidentales peuvent s’avérer chers en Turquie. Mais là encore, si vous vous contentez d'acheter des produits locaux, vous trouverez des prix plus à votre avantage. Par contre, si vous êtes une « fashion victim », vous allez devoir augmenter votre budget - ou faire un voyage shopping ailleurs une fois par an !

D'autre part, les activités de loisirs vous feront épargner des sommes non négligeables, si vous vous rendez dans une salle de sport, ou si vous passez une soirée au cinéma (le ticket d’entrée ne coûtera pas plus de 4 euros).

Le côté négatif ? Il existe quelques achats qui vous coûteront certainement plus chers que dans votre pays. Par exemple, posséder une voiture personnelle n’est pas une option bon marché - les voitures importées coûtent chères et l’essence n’est pas donnée non plus. Les voitures de luxe sont particulièrement chères - l’achat d’une Range Rover en Turquie vous coûtera près de 112 000 euros, contre 33 000 au Royaume Uni.

Par contre, les transports en commun restent compétitifs, et le réseau de bus est assez efficace pour vous amener où vous le souhaitez. Les vols intérieurs sont aussi étonnamment abordables. Pegasus propose un vol d'une heure entre Istanbul et Ankara pour 25 euros (bien que, curieusement, Google propose également un vol Lufthansa à 3 919 euros d’une durée d’un jour et demi, avec escales à Francfort et Munich !). Ou bien vous pouvez prendre un autobus de luxe qui prendra cinq heures pour la moitié de ce prix. Un ami turc a souligné qu'une fois que vous avez ajouté les trajets du centre-ville à l'aéroport, plus l’attente avant l’embarquement, l’autobus n'est finalement pas beaucoup plus long.

Si vous aimez boire du vin avec votre repas ou si votre vie sociale tourne autour des bars, vous serez déçu de constater que l'alcool est fortement taxé en Turquie. Il reste toujours moins cher qu’en Europe ou aux États-Unis, mais ne coûte pas rien non plus - budgéter 2 à 3€ pour une bouteille de bière de 500 ml.

Quelques autres dépenses incontournables

Une assurance tremblement de terre (DASK) est obligatoire pour votre bien immobilier, quelque chose qui n'est pas nécessaire dans la plupart des autres pays. Mais, considérant que l’on peut assurer un appartement avec deux chambres pour 45 € par an contre les tremblements de terre, et que vous aurez à payer à peu près la même somme pour votre assurance habitation classique, ce n'est pas un coût important. (Assurer un petit appartement à Londres ou Paris peut coûter 450 euros et plus.)

Si vous souhaitez résider à temps plein en Turquie (ou plus de 90 jours consécutifs) vous aurez également besoin de votre propre assurance médicale (sauf si vous avez plus de 65 ans), ainsi que de 50 € pour le permis de séjour annuel (plus les coûts de traduction). Cette assurance peut coûter 1 000 euros ou plus selon votre âge et votre état de santé ; cela reste plus faible que l'assurance privée aux États-Unis, mais si vous êtes habitué à un système national de santé gratuit ou à faible coût, c'est une dépense non-négligeable. (Depuis 2012, les étrangers ont le droit de rejoindre le système de santé turc SDK).

A combien s’élève la note finale ? A Istanbul, un couple peut vivre relativement bien à Kadiköy pour 3 000 à 4 000 TL par mois, soit bien en dessous de 1 000 euros. Vivre plus près du centre de la ville ferait bien entendu grimper les coûts. Un couple de retraités à Bodrum dépenserait environ 1 300 € ou un peu plus pour toutes ses factures courantes, et une famille de quatre personnes pourra vivre sans dépenser beaucoup plus – même pour les frais de scolarité privée, autour de 5 000 € par an, soit la moitié qu’au Royaume Uni.

Tout compte fait, la Turquie est un pays ou vivre est bon marché et, cerise sur le gâteau, le soleil y est totalement gratuit !